la place du chien dans sa famille humaine

J’aborde dans cet article un sujet brûlant qui est la place du chiot et du chien dans sa famille humaine.

Il est à la mode aujourd’hui, à travers l’éducation amicale et positive, de dire que la hiérarchie n’existe pas entre chiens et encore moins entre le chien et l’humain. 

Je n’adhère absolument pas à cette théorie sans pour autant maltraité mes chiens et ceux que je travail en refuge ou avec mes clients. Les personnes qui me connaissent savent à quel point j’aime les animaux et le temps que je donne pour les aider.

Au travers de cet article, je ne souhaite convaincre personne ! J’explique simplement mon point de vue. Il est donc inutile de laisser des commentaires injurieux et non constructifs.

Je travaille très très souvent des chiens de refuge qui ont mordus leurs propriétaires et qui se retrouvent abandonnés ou pire euthanasiés. J’ai également de nombreux clients qui font appel à moi pour de l’agressivité ou des morsures de leurs chiens sur eux mêmes ou sur leurs enfants.

Ce type de problème pourrait être évité avec une éducation cohérente et cadrée.

Je rencontre toutes sortes de races de chiens dans ma clientèle, de la plus petite à la plus grande. On parle peu des petites races qui mordent tout autant que les grands mais vu qu’ils laissent moins de cicatrices, les médias n’en parlent pas !

LE CHIEN : UN ANIMAL SOCIAL

Le chien est un animal social qui vit en groupe. Ce groupe est régit par une hiérarchie et des règles à respecter. Chaque membre a une place dans cette échelle de la hiérarchie qui va du dominant aux différents niveaux de dominés. Chacun a sa place dans la meute selon ses spécificités. Cette organisation est indispensable pour la survie de la meute, elle permet de cohabiter avec un minimum de conflits.
Leur organisation sociale est proche de la nôtre et rend donc possible leur vie auprès de nous humain.

Comparons avec nous humains

Nous vivons également dans un groupe hiérarchisé et organisé. Dans le milieu professionnel, nous avons des supérieurs hiérarchiques avec qui nous devons travailler dans de bonnes conditions. S’ils nous donnent des instructions nous devons obtempérer.  Dans un couple, chacun apporte ses connaissances, son savoir-faire dans différents domaines, une fois c’est l’homme qui va être le dominant car il prendra en charge une activité de la maison (ex : réparation de la voiture), une autre fois ce sera la femme (s’occuper des enfants). Les enfants sont soumis vis à vis de leurs parents, ils ne sont pas capables de se gérer seuls, ils ont des règles de vie à respecter et des punitions s’ils désobéissent.

L’être humain peut, tour à tour, être dominant ou soumis par rapport à un même individu en fonction des circonstances.

Chez le chien CA N’EXISTE PAS. Le chien est binaire : il est soit dominant soit soumis par rapport à un même individu mais il ne peut en aucun cas être à certains moments dominant et à d’autres soumis.

De nombreuses espèces vivent en groupe selon une organisation hiérarchisée.

LA HIÉRARCHIE

La hiérarchie n’est pas une relation simple de domination mais un partage des tâches selon les aptitudes et les compétences de chacun.

Le chiot acquière cette notion de hiérarchie avec sa mère puis avec ses frères et sœurs (au travers de l’alimentation et des jeux) pour s’étendre ensuite aux membres de la famille dans laquelle il vivra. A l’adoption d’un chiot vers 2 mois, il aura appris tout ce qu’il doit savoir sur cette hiérarchie et les comportements à tenir.

Si sa place dans la hiérarchie (dominé) de la famille n’est pas maintenu, il est possible qu’à l’adolescence le chien veuille prendre la place du dominant. C’est une erreur très souvent commise par les adoptants car ils fondent devant leur petite boule de poils ne lui imposant aucunes règles et le positionnant à la place du dominant. Etant encore petit, le chiot peut se soumettre assez facilement et les adoptants ne se rendent pas compte de leurs erreurs.

Les problèmes de comportement apparaissent au moment de la puberté. Le chien vit, tout comme nous humain à cette période, des changements hormonaux qui vont modifier son caractère et ses réponses face à des stimuli. Il va tester en permanence les membres de sa famille humaine et va vouloir se hisser à la place du dominant du groupe. Par nos comportements, nous allons le laisser prendre cette place.

Tous les chiens n’ont pas le caractère pour pouvoir prendre cette place. Certains passeront une adolescence calme et aucun problème de comportement ne se développera une fois adulte.
Mais c’est loin d’être le cas de tous les chiens. Ceux ayant du caractère, vont vouloir s’imposer et prendre la place du CHEF. A la moindre contrariété, remontrances, interdictions de la part de leurs humains, ils peuvent le faire savoir de différentes manières :

– Grognements
– Haussement de babines
– Morsures légères voir graves
– Attaques violentes
– Interdiction à l’accès d’une pièce de la maison
– Agressivité autour de la gamelle ou d’une ressource (couchage, jouets, bout de bois)
– Aucune obéissance
– Bagarres régulières avec les congénères
– Surprotection du territoire ou des membres de la famille

La place de dominant est une place inconfortable pour le chien et par les messages erronés qu’on lui envoie, on le positionne ainsi.
Un groupe sans règles (absence d’interdits, d’éducation) peut être très anxiogène. Selon les chiens, il peut mener à des conflits et des agressions. La hiérarchie est nécessaire aux chiens. Elle a un rôle apaisant, limite les conflits et favorise la cohésion du groupe.

LE RÔLE DU LEADER

NE PAS CONFONDRE SOUMISSION ET CRAINTE
Le chien doit respecter son humain en tant que LEADER mais en aucun cas en avoir peur !
Etre DOMINANT ne signifie pas être AGRESSIF ou VIOLENT.
Le rôle principal du dominant est de protéger le groupe et d’y réguler les interactions.
En mettant en place dès l’arrivée du chiot des règles cohérentes, on évite bien des problèmes de comportement dans le futur.

Le chien connait uniquement les codes canins propres à son espèce. C’est donc à nous de lui envoyer des messages compréhensibles et claires afin de vivre en parfaite harmonie. Dans le langage humain le mot dominant a une connotation négative en imposant un pouvoir écrasant sur autrui. Ce n’est pas ce que l’on cherche à faire sur notre chien, on est bien d’accord ! On peut transformer ce mot, s’il vous gêne, en LEADER.

Je banni toutes formes de violences physiques pour se faire obéir de son chien !

On me demande souvent si le canapé et le lit doivent être autorisés ou pas au chien. Je n’interdis pas forcement le canapé et le lit, tout dépend de sa problématique et des circonstances qui le poussent à être agressif. Mes chiens montent sur le canapé et mon lit et je n’ai aucun soucis.

J’analyse au cours de l’entretien les raisons qui ont poussés le chien à réagir de la sorte et ce qu’a mis en place le maître pour l’autoriser, souvent de façon inconsciente, à prendre le dessus dans telle ou telle situation.

J’ai vu de nombreux cas allant du chien qui interdit l’accès à la chambre à Monsieur, qui grogne ou attaque si on s’approche trop de son panier ou de sa gamelle, qui interdit à toutes personnes étrangères au cercle familial de pénétrer dans la maison etc… Et les enfants parlons-en ! La grande majorité des  morsures sur enfants sont infligées par le chien de la famille. J’ai eu le cas d’un St Bernard qui a attaqué l’enfant de la famille simplement parce qu’il traversait la pièce principale (3 jours d’hospitalisation). Toutes ces situations amènent à l’euthanasie du chien alors qu’il a réagit selon ses codes et en adéquation avec la place qu’on lui a laissée.

Tous ces abandons et ces euthanasies me mettent très en colère. Il est facile de prôner le chien roi (tout comme l’enfant d’ailleurs) à qui ont donne une friandise à tout va et qui n’a aucunes règles de vie en société humaine. Ce sont les refuges qui récupèrent ces chiens que l’on ne veut plus et qu’il va falloir travailler, engendrant quelques fois des morsures plus ou moins graves sur les salariés et des bénévoles.

Le chien est une espèce différente de la notre, avec ses codes de communication propres, ce n’est pas un enfant a qui ont laisse passé tous les caprices. Un chien cadré est un chien équilibré et heureux. Cela n’empêche pas de l’aimer très fort et de passer de supers moments avec lui. RESPECTEZ SES BESOINS

 

Vous êtes confrontés à des soucis comportementaux avec votre animal, n’hésitez pas à me contacter et n’attendez pas d’être complètement dépassé pour agir.

13 réflexions sur “la place du chien dans sa famille humaine”

  1. Great goods from you, man. I have understand your stuff previous to and you’re just
    extremely excellent. I really like what you’ve acquired
    here, certainly like what you’re stating and the way in which you say it.
    You make it enjoyable and you still take care of to keep it wise.

    I can’t wait to read far more from you. This is really a terrific website.

    Here is my page :: CBD oil for dogs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page