le chiot de la naissance à 2 mois

Les comportements du chien dépendent en moyenne à 20 % de son hérédité et 80 % des apprentissages. La gestation est une période importante dans le développement des capacités d’attachement et de socialisation du chiot. Une grande partie de ses expériences est acquise pendant son développement, c’est donc une période extrêmement importante dans la vie du chiot durant laquelle il va devoir apprendre divers apprentissages, tels que l’espèce à laquelle il appartient, l’attachement, comment communiquer, comment s’intégrer dans un groupe sociale, l’acquisition des autos contrôles, la hiérarchisation, le détachement….

 

le chiot ENTRE 8 ET 10 SEMAINES

L’âge légal pour acquérir un chiot est de 8 semaines. Néanmoins, je pense que c’est trop précoce pour le séparer de sa mère et de sa fratrie. Entre la 8e et 10e semaine, le chiot peut développer des réponses d’évitement et de peur s’il est confronté à des nouveautés, pouvant générer des effets comportementales sur le long terme. Il est préférable de le prendre dans sa  10e semaine, à la condition bien entendu, qu’il se développe dans un environnement sain, stable et riche  en stimulus .

le chiot ENTRE 12 et 16 semaines

C’est une période importante en terme de socialisation  intra et inter spécifique.   Le vécu du chiot  déterminera  les rapports qu’il aura avec son espèce  et avec des espèces différentes telles que l’humain.

la puberté

Au cours de cette période, le corps du jeune chien subit de nombreuses modifications hormonales qui contribuent à augmenter l’agressivité à l’égard du congénère de même sexe. Il peut également montrer une certaine agressivité à l’égard de ses propriétaires dans le but d’établir son rang dans le groupe familial. C’est souvent une période difficile pour les maîtres car leur chien ont tendance à s’enfuir, à ne plus obéir, à se rebiffer  contre l’humain ou à adopter des comportements craintifs incompréhensibles.

 

l'âge adulte

Ouf la période « ado » est passée.  Vous pensez en avoir fini avec les bêtises, la non obéissance… ! Détrompez-vous car si son éducation n’a pas été faite correctement en amont, les problèmes peuvent perdurer ! L’atteinte de l’âge adulte ne signifie pas que tout soit   réglé .

Le chien a atteint sa maturité sociale entre 18   et 36 mois selon la race et la taille. Il a pris sa place sociale dans la meute. Son tempérament est défini. Vivre avec un chien implique de savoir comment répondre à ses besoins en respectant son espèce canine.

Le chiot apprend beaucoup de choses au cours de son développement et certaines expériences doivent impérativement être vécues, sous peine de troubles comportementaux à l’âge adulte.

Au cours des mois et des années suivantes, le chien apprend à s’intégrer au milieu social dans lequel il vit. Il adapte ses comportements en fonction des réponses qu’il reçoit.   Le chien possède un comportement adaptatif tout au long de sa vie. Il est en capacité de s’adapter à tous âges et de modifier ses comportements de façon positive ou négative. L’humain, par méconnaissance, contribue très souvent à renforcer les comportements indésirables de son animal.

L’ignorance des règles d’apprentissage peut mener à des situations où l’incompréhension entre le chien et son maître est totale.Le chien agit en fonction de son caractère, de son expérience et de ce qu’il comprend qu’on attend de lui. Bon nombre de propriétaires dépassés par le comportement de leur animal choisisse de l’abandonner ou pire de l’euthanasie.

L’aspect psychologique

Nous envoyons en permanence à notre animal, bien souvent de façon inconsciemment, des messages non verbales. Ces messages inconscients peuvent perturber sa compréhension sur son rôle au sein de la famille et manifester son malaise par divers comportements, troubles métaboliques ou maladies. 

Chaque humain a un profil propre d’attachement lié à son histoire et son développement, ce profil  influencera la relation qu’il aura avec son animal et celui-ci ‘adaptera ses comportements. 

La difficulté à faire le deuil de son animal disparu peut avoir des répercutions psychologiques sur l’animal.

Les animaux, tout comme l’humain, peuvent trouver l’origine de leur maladie dans leur vécu, leur ressenti et leur environnement. Entre la maître et son animal de compagnie s’effectuent des échanges qui peuvent avec le temps se concrétiser physiquement chez l’animal. Par son comportement et ses maladies, l’animal se révèle souvent être le miroir de son maître. Nous établissons avec notre animal, la plupart du temps, une relation emplie de vérité et d’authenticité, nous ne pouvons lui mentir et jouer un rôle. Leur mode de communication est différente du notre, ils ressentent nos émotions, ils sont capables de tout percevoir et d’éponger nos sentiments refoulés ou nos pensées cachées.

L’interprétation erronée des comportements de son animal déclenche des réponses inadaptées du maître. Tous les problèmes que déclenchent l’animal (fugue, agressivité, destructions, vocalises, automutilation, dépression…) sont les répercutions de la non satisfaction de ses besoins et très souvent le résultat de l’anthropomorphisme.

L’aspect psychologique est une part très importante dans l’analyse du problème comportemental de l’animal. En détectant la source, je peux vous amener à en prendre conscience, vous conduire sur le chemin du changement et rétablir une relation harmonieuse avec votre animal. 

LES CHIENS DE REFUGES

Adopter un chien en refuge c’est combattre la misère animale. Lorsqu’un chien est adopté, vous sauvez 2 vies car il libère une place au refuge pour un nouveau pensionnaire. Les chiens de refuge ont un seul défaut, celui d’avoir été abandonné, ils n’ont pas tous été maltraités, ne sont pas tous mal éduqués, ne sont pas tous agressifs et ne sont pas tous perturbés psychologiquement. Ces chiens ont besoin d’attention et d’affection, parfois d’éducation.

LES CHIENS EN ANIMALERIE

Si vous choisissez d’acheter un animal en animalerie, sachez que vous cautionnez ce trafic, l’animal est réduit à l’état d’objet ! Bon nombre d’entre eux sont élevés en batterie dans les pays de l’Est par des filières très bien organisées dans d’abominables conditions, séparés de leur mère et de leur fratrie beaucoup trop tôt, ils sont vendus le plus jeunes possible dans un souci de profit. Vous risquez d’être confronté à de graves problèmes comportementaux avec votre chiot.  Si vous souhaitez  que votre chiot vienne d’un élevage sérieux, dites vous qu’un  bon éleveur n’est pas un éleveur qui   met en vente ses chiots  dans un magasin !

Je vous laisse seul juge de ces  pratiques mais prenez la BONNE DECISION en cas d’adoption